0
Les écoles en «Mode Luxe», parrure pour un avenir brillant !

2016. 12. 09.

iStudy

Ecal.jpg

La mode et le luxe sont souvent deux mondes associés. L’un davantage rattaché à l’artistique quand l’autre tend à le devenir. Le luxe est aujourd’hui une matière à part, un enseignement souvent associé au design, au business et marketing. La mode quant à elle, poursuit son ascension et ne cesse d’étonner dans le prêt-à-porter comme dans les bijoux et accessoires. Intrigué(e) par ce monde parfois mystérieux ? Alors laisse-toi gui- der par les tendances des écoles que l’on te propose ci-dessous ! 

 

Une alliance de choc, c’est ce qu’on pourrait dire de l’Institut Sup de Luxe de Genève puisqu’il regroupe le fameux SAWI et la prestigieuse Sup de Luxe Paris. Depuis 2015, Sup de Luxe Genève propose un MBA en Luxury Business Développement : un programme innovant de formation continu dont le SAWI a le savoir-faire depuis plus de 45 ans et la Sup de Luxe Paris (Chaire Cartier), l’influence trentenaire dans le domaine du Luxe. Ce MBA sur-mesure s’aligne sur les enjeux et exigences de ce secteur et son programme met en avant aussi bien les dimensions culturelles, comme la compréhension des codes et du secteur, que celles pratiques et stratégiques : marketing, communication, digital... Ce qu’il faut surtout retenir, selon Olivier Beyeler, Responsable pédagogique, recherche et innovation et Directeur de Sup de Luxe Genève, est que « ce MBA in Luxury Business Development est un cursus académique solide notamment valorisé par la participation active des entreprises qui font partie du réseau commun de ces deux références de la formation». Ce MBA inclut plusieurs workshops ainsi qu’un stage d’au minimum 5 mois.

«La Suisse est un pays privilégié en termes de savoir-faire dans le do- maine du luxe» et l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL) l’a bien compris! Elle propose un Master (of Advanced Studies) en Design for Luxury & Craftsmanship, soit un perfectionnement en design industriel pour celles et ceux souhaitant acquérir un savoir-faire d’excellence dans un secteur précis, comme la haute horlogerie par exemple. Fort de ses collaborations avec des entreprises internationales comme Vacheron Constantin, Hermès ou Baccarat et de ses workshops donnés par des acteurs internationaux du monde du design, ce MAS permet aux étudiants de travailler sur toutes les étapes de réalisation d’un produit, du dessin à la réalisation concrète en passant par le rendu photo ou 3D. Mais encore, ce cursus permet de comprendre les mécanismes des marques à l’aide d’analyses d’identité, de visites de manufactures ainsi que de conférences données par des professionnels. «Nombre de projets sont retenus par les entreprises-partenaires pour être édités, exposés et publiés dans la presse internationale. Après une année à l’ECAL, les étudiants sont en mesure de présenter un portfolio varié répondant aux standards les plus exigeants» précise l’équipe de l’école lausannoise. 

Reconnu par les maisons de haute couture comme référence mondiale, l’Institut de Mode Burgo (IMB) est la première école supérieure professionnelle de mode italienne implantée en Suisse en 1961, plus exactement à Montreux. L’institut propose un enseignement dans plusieurs domaines de la mode : stylisme, design, chaussures et même confection de chapeaux. Directrice de l’école, Rosa Addabbo allie son entreprise Couture & Design Addabbo avec cette dernière dans le but de lui faire profiter de ses trente années d’expérience dans le monde de la haute couture.

L’établissement se veut suivre une méthode d’apprentissage novatrice, basée sur une méthodologie à la pointe des exigences de l’industrie de la mode et unique de par ses propres outils qu’il développe. Cours de langues et stages dans de grandes maisons telles que Dior, Roberto Cavalli, Dolce Gabbana ou encore Armani, l’institut est à l’image de ce qu’il vise, l’international. «Les débouchés sont nombreux, indique Rosa Addabbo, notre but est aussi de former de nouveaux professeurs et de pouvoir dans un bref délais, ouvrir d’autres succursales en Suisse ». 

Pour clore de fastidieux palmarès, la Haute Ecole d’art et de design (HEAD) de Genève, et son cursus en Design produit bijou et accessoires. Cette formation, unique en Suisse est réalisable en Bachelor comme en Master. « Nous avons des diplômés designer bijou chez Van Cleefs et Arpels, ou responsable des montres Armani chez Fossil. Nous avons aussi régulièrement des diplômes en design lunettes, car nous faisons un workshop chaque année avec un designer parisien, Jérémy Tarian » explique Elisabeth Fischer, responsable Département Design Mode et accessoires. Mais la HEAD touche également au monde horloger avec une formation en Design horloger, proposée dès le Bachelor:bien que le titre stipule l’attachement à la création horlogère, les étudiants font aussi du design bijou et accessoires dans cet esprit d’ouverture aux tendances actuelles. Autre originalité, dans le cursus Master, le projet STUDIO qui s’adresse tout particulièrement à des professionnels, des acteurs du domaine de la mode et de l’accessoire et dont l’objectif est de former les nouveaux leader du design capables de donner une nouvelle impulsion à leur marque ou à celle dont ils sont directeurs artistiques. Le développement d’une collection complète réalisée par les designers et stylistes est au coeur de cette for- mation dont «le point fort est d’adapter leur créativité aux mutations du marché, aux nouveaux rôles du designer, à desformes de créativité coopérative».