0
Interview: Flavia, Jeune infirmière en gériatrie

2017. 06. 19.

iStudy

Flavia est une jeune femme de 26 ans, née à Genève; lieu de prédilection où elle a suivi toute sa scolarité obligatoire. D’Origine portugaise, Flavia a continué ses études post-obligatoires dans le domaine de la santé et est aujourd’hui infirmière en gériatrie. Elle nous en dit un peu plus sur son parcours et sa situation professionnelle actuelle. 

Quel est ton parcours scolaire dans la sphère de la santé ?

Suite à un échec au collège, j’ai été à une séance d’information à l’ECG (Ecole de Culture Générale) où j’ai pu découvrir la filière santé me permettant par la suite de pouvoir intégrer la HEdS (Haute Ecole de Santé). Je me suis alors inscrite et j’ai pu intégrer directement la deuxième année ECG par reconnaissance de mes acquis au Collège. J’ai réalisé deux années dans la filière santé et j’ai obtenu mon Certificat de Culture Générale. Par la suite, je me suis inscrite à la HEdS en soins infirmiers et j’ai réalisé ma maturité spécialisée en santé en même temps. J’ai fait quatre ans au sein de cette haute école avec l’obtention en 2012 de mon Bachelor en sciences et soins infirmiers.

Comment s’est passé la transition entre la fin de ton diplôme et le début de ta carrière professionnelle ?

La formation en soins infirmiers à la HEdS comprend une moyenne de deux stages pratiques par an. J’ai eu la chance de réaliser mes derniers stages dans des milieux de soins aigus, ce qui m’a permis de développer mes connaissances pratiques, théoriques ainsi qu’une pratique réflexive. Nous avons fini la formation en juillet 2012 et nous avons reçu notre diplôme en novembre de cette année. Certains de mes camarades de classe avaient déjà un emploi, mais je voulais commencer qu’en janvier 2013. Il était important pour moi de prendre un temps pour me ressourcer et voyager avant de commencer cette nouvelle vie. J’ai donc eu un entretien dans un hôpital de gériatrie de Genève en septembre 2012. J’ai été accepté pour un poste d’infirmière à 100% débutant en janvier 2013.

Peux-tu nous décrire une de tes journées de travail ?

Notre matinée débute par un colloque dans le bureau infirmier. Le veilleur transmet alors les informations de la nuit aux infirmières et aides-soignants du matin. Il met l’accent sur les problèmes rencontrés ainsi que les entrées de la veille (patients qui sont arrivés la veille). La première tournée consiste à prendre les constantes hémodynamique chez tous nos patients, à administrer les traitements oraux devant être pris à jeune, administrer les traitements intraveineux, sous-cutané ou intramusculaire et réaliser les prises de sang. Les examens du jour pour nos patients sont affichés et nous devons en prendre connaissance avant de commencer notre première tournée. Après la première tournée, la deuxième tournée commence, nous devons distribuer les petits déjeuners avec les aides-soignantes et donner les traitements oraux de 8h. Certains patients nécessitent de l’aide pour manger ou des alimentations dites entérales (sonde naso-gastrique ou PEG) que nous devons passer égale- ment. Après cela vient la visite médicale.

Après la visite médicale il y a nos soins infirmiers : nous avons plusieurs perfu- sions à administrer, des pansements à refaire, ainsi que les soins d’hygiènes de certains patients que nous avons en soins. En règle générale, nous avons huit patients à charge par binôme, nous devons effectuer si possible deux toilettes et l’aide-soignant six. Nous devons ensuite réaliser les glycémies (taux de sucre dans le sang en capillaire) et installer les patients avec les aides-soignants pour le repas de midi.

A 12h nous voilà à nouveau pour distribuer les traitements oraux. Après cela, nous devons nous assurer que les patients nécessitant de l’aide pour les repas ont mangé avant de pouvoir partir en pause. Il y a deux horaires de pause à midi : 12h30-13h et 13h-13h30.

Après le repas de midi, nous devons réaliser les soins qui nous restent et commencer nos transmissions écrites. Nous avons un dossier patient informatisé avec toutes les données concernant nos patients que nous devons remplir de manière précise et rigoureuse.

A 14h15 la relève arrive et nous nous asseyons pour le colloque, où l’équipe du matin, infirmières et aides-soignants, transmettent les informations importantes de la matinée aux collègues de l’après-midi.

Aurais-tu des conseils pour les étudiants voulant se lancer dans un tel domaine ?

C’est un métier magnifique où nous pouvons avoir un poste très riche et très varié. Toutefois, il est vrai qu’il est important d’avoir conscience que c’est un métier difficile avec des contraintes au niveau des horaires et qui nécessite un important investissement personnel. C’est un métier où l’on travaille avec l’humain, où nous avons des vies entre nos mains, de grandes responsabilités.

 

flavia.jpg